Isabelle: Deux semaines au Tadjikistan et en Ouzbékistan

Cette fois c’est Isa, 31 ans une Lilloise immigrée à Paris depuis bientôt 6 ans (après avoir vécu brièvement à Lyon et Montpellier) qui va nous raconter son voyage assez original au Tadjikistan et en Ouzbékistan, en Asie centrale (elle me dit qu’elle n’a jamais trop compris pourquoi ça s’appelle Asie centrale alors qu’elle trouve que c’est plutôt à l’Ouest).

89039277_495829054442146_1408266256770924544_n

Es-tu partie seule? Sinon avec qui?

Notre voyage a duré deux semaines. Je suis partie avec mon coloc Guillaume et père de mon lapin 😊

88961779_137649834276741_9119985478186041344_n
en train d’attendre, suite à un embouteillage d’ânes sur un chemin escarpé

Quand es-tu partie ? Penses-tu que c’était la bonne période ?

Nous sommes parti·es en juillet 2018, ce n’est pas la période idéale sauf si vous adorez les canicules. L’idéal est au printemps ou en septembre-octobre. Mon pacson-coloc étant prof, nous n’avons pas trop de choix dans les dates de vacances.

Quand as-tu réservé tes billets d’avion ? Par quelle compagnie es-tu passée ?

Habituellement nous organisons nos voyages nous-mêmes, cependant pour l’Asie centrale, nous avons préféré passer par une agence. De plus, à l’époque, pour demander les visas, il fallait forcément l’adresse d’un organisme de voyage.
Nous avons réservé en avril pour un voyage en juillet.
Nous avons voyagé avec Terres d’aventure, mais plusieurs agences proposent le même type de circuit.
Il s’agissait d’un voyage de groupe avec un guide pour chaque pays, donc pour une fois, nous nous sommes laissé·es guider. Nous avions tout de même pris des guides de voyage avec nous (Lonely Planetet Le Petit Futé, afin d’avoir parfois un peu de recul par rapport à ce qui nous disaient nos guides ou si nous voulions approfondir certaines informations).

Les démarches que nous avons dû faire nous-mêmes étaient les demandes de visa. Heureusement que l’Ouzbékistan a supprimé le visa obligatoire pour les Français depuis un an, parce qu’on s’est vraiment arraché les cheveux.

Concernant la compagnie aérienne, il s’agissait de Turkish Airlines, qui est une très bonne compagnie aérienne. Nous avons fait escale à Istanbul à l’aller et au retour.

Peux-tu nous donner les étapes de ton voyage ?

Nous sommes allé·es une semaine au Tadjikistan, pour une visite de la capitale, Douchanbé, puis un trek de 5 jours dans les montagnes, et enfin une semaine en Ouzbékistan pour un séjour plus axé sur la culture et l’histoire.

88347009_224062728738124_2573696595929333760_n
Marché de Douchanbé

Après une visite de Douchanbé, nous avons roulé plusieurs heures jusqu’au Nord-Ouest du Pays pour nous installer dans notre campement, faire une petite balade, et commencer le trek le lendemain. Nous avons rejoint les gorges de Varzob et de Sanguisafed.

Le programme du trek était le suivant :

Jour 1 : gorge Sanguisafed – vallée Imat – gorge Sanguisafed

89124731_2580414962285960_1211333661127868416_n

89009138_196152115007056_5665990821900451840_n

Jour 2 : Gorge Sanguisafed – lacs Alaoudin

89073368_188885822406223_9213793770158424064_n

88344373_1068648006867838_1881595640182472704_n

Jour 3 : Lacs Alaoudin – lac Mutnoye – lac Alaoudin

Guillaume étant très mal en point ce jour-là, et comme heureusement nous campions deux nuits au même endroit, nous avons décidé de ne pas suivre le groupe et sommes resté-es proches de notre campement. Nous avons pu faire une petite randonnée à deux et nous baigner dans nos lacs privatifs 😊

89198939_659593101472258_2757850448391045120_n

89491763_1081657998865114_9123221207762599936_n

Jour 4 : Lacs Alaoudin – col Laoudan – lac Koulikalon

89365955_2600759776719036_1021678114473771008_n

Jour 5 : Lac Koulikalon – gorge Dakhanituruch – Artouch

88325753_201635130912251_6739596808969781248_n

89122274_138405694178068_7464184265983393792_n

En résumé, il s’agit d’une région montagneuse très diverse et remplie de lacs. Les paysages y sont très beaux. Ce trek nous a permis de couper complètement et d’en prendre plein la vue. Nous étions complètement coupé·es du monde. Pas de réseau, pas de confort, mais seul·es au monde (ou presque). Ça nous a également permis de nous dépasser physiquement et de voir de quoi nous étions capables (et au passage de perdre plusieurs kilos, alors que la nourriture était plus que calorique).

Les journées étaient très chaudes, donc l’effort physique à fournir était d’autant plus intense. En revanche, étant dans les montagnes, les nuits étaient assez fraiches. La nuit nous étions souvent réveillé·es par les ânes qui brayaient. Chaque âne avait son propre cri, l’un plutôt asthmatique, l’autre plutôt sexuel, on en rigolait bien.

En Ouzbékistan, après le passage de la frontière à Oybek, nous avons visité Tachkent la capitale.
Ensuite nous avons pris un vol intérieur. Celui-ci devait rejoindre Ourgentch. Cependant à cause de la chaleur, la piste d’atterrissage a fondu, et nous avons atterri plus au Nord, à Noukous, capitale de la République Karakalpakistan, région autonome d’Ouzbékistan. Les 3h30 de route pour rejoindre Khiva le soir étaient loin d’être agréables.
Nous avons ensuite visité Khiva, traversé le désert en bus, puis découvert Boukhara et Samarcande. Ces trois villes sont toutes magnifiques et chargées d’histoire. Leur patrimoine architectural est splendide, composé de dômes turquoise et de mosaïques colorées.

89486271_209683540142974_1476876125941530624_n
Tashkent
88429749_2811478905638298_2869770454241902592_n
Khiva
88961038_597074264209673_2629172266130210816_n
Boukhara
89121127_613860229193211_7179429824044204032_n
Boukhara
89124474_191759958783467_1635081830405242880_n
Samarcande
88347092_243300586690698_4638794657998831616_n
Samarcande

Peux-tu m’en dire plus sur le fait de voyager en groupe et de faire un voyage organisé quand on n’a pas l’habitude?

Nous étions les deux plus jeunes sur un groupe de 8 personnes (allant de 29 à 60 ans). J’ai trouvé ce format plutôt bien, je pense qu’avoir un groupe plus nombreux aurait été moins sympa. Nous nous motivions entre nous au moment du trek.

Au Tadjikistan, nous avions notre guide plein d’humour, Firouz, ainsi que deux autres guides accompagnants pour le trek. Il y avait également pour cette partie une équipe de cuisiniers et de porteurs (composée d’hommes et d’ânes).

En Ouzbékistan, Sardor était notre guide, c’était une vraie encyclopédie.
Sans oublier les chauffeurs qui étaient assez impressionnants, surtout au vu de certaines routes, notamment en montagne.

Nous n’aurions pas été capables de faire le trek par nous-mêmes donc nous étions content·es d’être en groupe, cependant ce n’est pas le type de voyage que nous préférons.

88321338_1141528429527664_1561522488167366656_n
Le plov, plat traditionnel des deux pays

Quel est ton meilleur souvenir? Qu’as-tu préféré?

Après le 4ème jour de trek, qui était très dur pour nous (sachant que Guillaume avait été très malade la veille et n’était pas au top de sa forme), nous sommes arrivé·es dans un endroit magnifique, sur grande une plaine jaune et verte entourée de chaines de montagnes toutes assez différentes.

88309089_3336471859700262_7120420422255902720_n

Nous étions toutes et tous extrêmement satisfaits de la journée accomplie, d’autant plus que durant la matinée, nous avons appris en haut des montagnes que l’équipe de France masculine avait gagné la coupe du monde de foot la veille face à la Croatie (et ce, grâce au réseau russe capté à 3700m d’altitude).

J’ai fini ma journée par une traversée au milieu d’un énorme troupeau de vaches (l’une d’elle m’a d’ailleurs regardé de façon dédaigneuse et a alors fait un gros jet d’urine) pour aller me rafraichir et me laver dans le lac.

Si tu devais changer quelque chose qu’est-ce que ce serait?

Avec le recul, j’aurais dû prendre quelques jours de repos avant de partir, pour être un peu plus en forme car le trek était vraiment dur, et il faut être en bonne condition physique. En effet, nous sommes tout·es les deux assez sportifs, cependant peu habitué·es de montagne.
Je pense qu’avoir une deuxième batterie d’appareil photo aurait été un plus. En effet, durant le trek nous n’avions évidemment pas de quoi recharger. Même si j’ai fait attention à ne pas prendre beaucoup de photos le 1er jour, je pense que ma batterie a surchauffé, et a vite cessé de fonctionner. Jusqu’en Ouzbékistan j’ai donc fait le reste de mes photos avec mon téléphone portable, mais elles n’étaient pas de très grande qualité.

As-tu des conseils à donner à des gens qui voudraient faire le même voyage que toi?

N’y allez pas !
Non je plaisante.
Allez-y, c’est magnifique ! mais soyez en pleine forme si vous voulez franchir les montagnes tadjikes.
Ayez du matériel adapté pour la randonnée (notamment des excellentes chaussures et des bâtons de marche), ainsi que des pastilles pour l’eau et des médicaments pour tous les maux (transport, mal des montagnes, indigestion,..) et les ordonnances qui vont avec (les Ouzbeks ne plaisantent pas lors des contrôles à l’aéroport, même si c’est pour prendre son vol retour).

Les tadjiks sont très gentils et accueillants, donc si vous cherchez un endroit pour randonner, n’hésitez pas.

L’Ouzbékistan est un pays qui « s’occidentalise » et s’ouvre de plus en plus au tourisme, vous pouvez désormais organiser votre voyage vous-mêmes. La majorité des touristes sont Français, donc vous pourrez trouver des agences locales avec des guides parlant français. Je conseille pour les amateurs d’Histoire.

Merci Isa!

Une réflexion sur “Isabelle: Deux semaines au Tadjikistan et en Ouzbékistan

Laisser un commentaire