Louis: 2 semaines en Argentine

 Premier article de cette nouvelle rubrique: mes amis voyagent. Pourquoi cette nouveauté dans mon blog? Tout simplement car mes amis font des voyages incroyables dans des chouettes destinations. Je trouve cela dommage de ne pas partager ces récits  qui pourront sans doute en aider plus d’un ou qui peuvent également donner des idées pour des destinations auxquelles on ne pense pas forcément.

 Pour ce premier article, j’ai laissé la parole à mon ami Louis, un lillois qui va bientôt avoir 32 ans.

81686395_509293343300419_1605013043538821120_n

Où as-tu voyagé ?

En Argentine, au printemps 2018.

 Combien de temps es-tu parti ? Avec qui ?

Je suis parti du 21 avril au 3 mai, avec ma sœur.
81916920_2938129932866662_6240152503980130304_n

 

Penses-tu que c’était la bonne période ?

 Comme je suis prof, je n’avais pas trop le choix. J’ai préféré partir au printemps plutôt qu’en été car en juillet-août c’est l’hiver en Argentine et cela aurait pu gêner mes déplacements. De plus, les guides semblaient indiquer que visiter l’Argentine en avril-mai permettait de bénéficier de bonnes températures.

Quand as-tu réservé tes billets d’avion ? Par quelle compagnie es-tu passé ?

 J’ai réservé mes billets (un peu sur un coup de tête) en septembre 2017. J’ai opté pour Air France (vols directs et surtout de nuit). Au total, j’en ai eu pour 950 euros.
A cause de la grève des pilotes, notre vol aller a été annulé et nous sommes arrivés 24h en retard. Mais nous avons été (généreusement) dédommagés.
81668044_2480949312170829_5589142990707752960_n

Peux-tu nous donner les étapes de ton voyage ?

 Nous sommes arrivés le matin à Buenos Aires, où nous avions loué une voiture.
Le but était de rejoindre Cordoba (700km) rapidement. Nous avons visité la ville et pris du repos.
Puis, nous sommes allés à Mendoza (700km), au pied des Andes,  où nous sommes restés quelques jours (notamment pour voir l’Aconcagua).
Ensuite, nous avons fait route jusque Rosario (900km), juste pour y dormir.
De là, nous avons rejoint Puerto Iguazu (1200km), à la frontière brésilienne. Le trajet nous a pris toute la journée. Une fois là bas, nous sommes bien sûr allés voir les chutes de l’Iguazu.
Enfin, nous sommes revenus à Buenos Aires (1300km). Là aussi, la journée a été consacrée à rouler ! Les derniers jours de notre séjour nous ont permis de visiter la capitale.

Comment as tu organisé ton voyage ? De quoi t’es-tu aidé ? Es-tu passé par une agence ?

 Après m’être occupé des billets, j’ai acheté le Lonely Planet et je l’ai potassé. Nous avons convenu d’un itinéraire avec ma sœur, en tenant compte des distances qui sont vraiment gigantesques en Argentine. Une fois cela fait, j’ai réservé les logements dans des auberges de jeunesse. J’ai tout fait en ligne. Pour finir, nous avons loué la voiture. Je ne me suis pas aidé de blogs de voyage ou de témoignages de voyageurs sur insta par exemple. Mais désormais je le fais.
 Je n’ai rien contre les agences mais pour des raisons de « liberté », je préfère concocter mon voyage moi-même.
81540682_784310435371626_6438496249782992896_n

Quel est ton meilleur souvenir ? Qu’as-tu préféré ? Une anecdote à raconter?

 Nous devions avoir un GPS, mais il n’y en avait pas à l’agence de location de voitures. Le type nous a montré comment utiliser l’appli maps.me mais malgré cela nous nous sommes perdus dans la Sierra Cordoba. Il fallait rejoindre Mendoza, nous avions encore 5 ou peut-être 6h de route et nous étions sur une route de terre au beau milieu des montagnes. Ma sœur conduisait, j’étais très (trop) stressé à l’idée d’arriver en retard à l’auberge du soir. Nous avancions très lentement et on était terrorisé à l’idée de casser la voiture.
 A un moment, on débouche enfin sur le sommet. On souhaite emprunter une piste pour redescendre mais il y a des panneaux partout, avec des inscriptions bizarres. On interroge un vieux monsieur qui nous répond qu’il y a un rallye mais qu’on a largement le temps d’arriver en bas…
 Evidemment ça n’a pas raté. J’étais au volant et je conduisais prudemment sur la piste lorsqu’une voiture de rallye a surgi derrière nous. Appels de phares très pressants de sa part. Je me débrouille pour me mettre sur le côté. La voiture nous dépasse à toute allure…. La plaque était française, immatriculée 75. Même au bout du monde, le conducteur parisien reste fidèle à ses principes. Cela nous a bien fait rire avec ma sœur.
De manière plus classique, j’ai adoré le Cerro Aconcagua ainsi que les chutes de l’Iguazu.
82061004_2953118111373941_714710969263063040_n

Si tu devais changer quelque chose, qu’est-ce que ce serait ?

 Ma sœur a été très patiente avec moi, car j’étais vraiment stressé. Je regrette cela. Disons que ça m’a servi de leçon et que j’essaie d’être plus détendu maintenant. Mais à part ça, tout était génial : les paysages étaient fabuleux, les gens très gentils, les logements nickels. Bien sûr j’aurais voulu rester quelques jours de plus…

As-tu des conseils à donner à des gens qui voudraient faire le même voyage ?

 Ce voyage a été possible car nous étions deux. Nous nous sommes relayés pour conduire. En solo, cela me semble impossible de parcourir de telles distances en si peu de temps. Mais si vous êtes plusieurs, je pense qu’il ne faut pas hésiter à louer une voiture et explorer. Les auberges de jeunesse étaient propres, accessibles. Les tarifs étaient corrects. Les Argentins sont honnêtes, polis et respectueux donc c’est simple de leur demander des renseignements ou un coup de main.
 Pour moi le seul obstacle c’est la langue. Pour des raisons historiques, les Argentins n’aiment pas trop parler anglais, du moins dans les Andes et les campagnes. Donc compliqué de partir sans parler un mot d’espagnol.

82010987_575296646381715_3296379436810633216_n.jpg

Merci Louis!

 Si vous avez des questions, n’hésitez pas à lui poser en commentaire.

 

4 réflexions sur “Louis: 2 semaines en Argentine

Laisser un commentaire